Migration étudiant afrique

MIGRATION AFRIQUE


Beaucoup d’étudiants du continent partent poursuivre leurs études dans un pays étranger. Les anciennes puissances coloniales figurent au premier rang des destinations les plus prisées, mais d’autres pays émergent, y compris en Afrique.

Devant leurs homologues asiatiques, les étudiants africains sont les plus mobiles de la planète, environ trois fois plus que la moyenne mondiale. Selon les statistiques de l’Unesco, 1 sur 16 poursuit son cursus hors de son pays de résidence. Pris isolément, certains États du continent connaissent de véritables hémorragies. En 2008, 1 étudiant marocain sur 10, 1 étudiant sénégalais sur 8 et même 1 étudiant mauritanien sur 4 inscrits dans le supérieur l’étaient à l’étranger.

jeuneafrique

ETUDIANT ETRANGER TRAVAILLER PENDANT SES ETUDES


Travailler pendant ses études
Chercher à compléter ses revenus, lorsqu'on est étudiant, est chose courante. Garde d'enfants, cours de langue, distribution de prospectus… les possibilités ne manquent pas. On peut également trouver des "petits boulots" moins classiques : déménageur pour les musclés ou testeur de jeux vidéo pour les passionnés. Mais attention, la loi est très stricte quant aux règles à respecter Les étudiants étrangers qui souhaitent travailler en France doivent avant tout être inscrits dans un établissement ouvrant droit au régime étudiant de la Sécurité sociale.

La réglementation
 
vosdroits.service-public

Tout étudiant étranger originaire d'un pays de l'Espace économique européen peut travailler pendant ses études sans avoir à demander d'autorisation provisoire de travail (APT).

Non ressortissants de l'Espace économique européen
Tous les autres étudiants étrangers doivent demander une autorisation provisoire de travail (APT).
L'autorisation est délivrée pour une durée maximale de 9 mois et elle est renouvelable. Pour les vacances universitaires, elle est délivrée pour une durée maximale de 3 mois. Elle doit être demandée à la Direction départementale du travail et de l'emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP) du lieu de résidence, au service de la main d'œuvre étrangère.
Le ministère de l'Emploi et de la Solidarité diffuse sur son site internet les adresses de toutes les DDTEFP de France (www.travail.gouv.fr/adresses-utiles/vos-interlocuteurs-regions/168.html).

Les documents à fournir sont :

  • * un engagement de travail signé par l'employeur,
  • * la carte de séjour temporaire mention "étudiant",
  • * la carte d'étudiant de l'année en cours,
  • * une demande écrite sur papier libre.

Les exceptions :
Les étudiants ressortissants de la Principauté d'Andorre et de Monaco sont dispensés d'APT. En sont également dispensés, les Gabonais, sous réserve du visa du directeur départemental du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle. Attention, les étudiants algériens et togolais ne sont plus dispensés d'APT.

Des idées
Baby Sitting La garde d'enfants reste un moyen sûr de gagner un peu d'argent. C'est souvent par le bouche à oreille que l'on trouve une famille ayant besoin d'une ou d'un "baby sitter". Il existe également des agences spécialisées qui jouent le rôle d'intermédiaires entre les parents et les étudiants. La rémunération est d'environ 5 EUR de l'heure.

Pourquoi ne pas donner des cours de langue ?
Selon la langue, la demande peut être forte (anglais, allemand, espagnol…). Les tarifs pratiqués sont d'environ 15,24 EUR de l'heure pour un cours particulier. Pour essayer de trouver des élèves, on peut, après en avoir demandé l'autorisation, placer des petites annonces chez les commerçants de son quartier ou sur les panneaux d'affichage des écoles.

Les écoles des Beaux-Arts ou les artistes ont souvent besoin de modèles nus : hommes, femmes, minces ou "enrobés", la demande est variée. Il faut se renseigner dans les écoles d'art ou surveiller les petites annonces dans la presse.

Autre piste très classique et... très fatigante :
distributeur de prospectus. Pour trouver des entreprises qui font appel à des étudiants, on peut consulter les pages jaunes de France Télécoms (annuaire téléphonique professionnel) à la rubrique "distribution d'imprimés"). Les Pages Jaunes sont diffusées sous différentes formes : papier (un volume par département, mise à jour annuelle), site Web (www.pagesjaunes.fr), Minitel (composer le 3611 - les 3 premières minutes sont gratuites et les suivantes vous coûteront 0,06 EUR).
Devenir bêta-testeur de jeux vidéos ou de logiciels peut être une façon amusante de compléter ses ressources financières. Il faut pour tenter sa chance contacter directement les éditeurs.
Pour les passionnés d'Internet, il est possible de devenir "hot-liner" : il s'agit de répondre au téléphone pour dépanner tous les internautes en herbe. La meilleure solution est de s'adresser aux fournisseurs d'accès comme Wanadoo, Club-Internet, AOL, etc.
Le Centre d'information et de documentation jeunesse (CIDJ), publie chaque année un petit fascicule d'information qui donne nombre de pistes avec des adresses par secteur d'activité (prix par correspondance :3,81 EUR, prix sur place : 2,90 EUR).
CIDJ
101 quai Branly
75740 Paris Cedex 15
Site Web :
cidj.asso
Etudiants étrangers

Inscription directe à l'université
Comment s'effectue l'inscription des étudiants étrangers?
Tous les étudiants étrangers ne suivent pas la même procédure d'inscription: certains peuvent s'inscrire directement, d'autres sont soumis à une admission préalable.Dans tous les cas, les étudiants étrangers passent un contrôle de compréhension de la langue française, sauf les titulaires du DALE (diplôme approfondi de langue étrangère).

L'inscription directe concerne:
les candidats à une inscription en 2ème année de premier cycle, en 2ème ou 3ème cycle d'études, dans un laboratoire de recherches ou en IUT,
les candidats à une formation accessible par voie de concours, sur proposition d'un jury d'admission ou sur titres: IEP, certaines écoles d'ingénieurs, INSA, UTC, ENI, écoles universitaires d'ingénieurs...

Candidats concerné par l'inscription directe:

  • les titulaires du bac français ou d'un titre admis en dispense, du bac international ou du bac franco-allemand,
  • les étudiants allemands qui s'inscrivent en lettres, sciences humaines, droit et sciences économiques,
  • les étudiants venus effectuer leurs études dans le cadre d'un programme arrêté par un accord entre les gouvernements.
  • Candidats concerné par l'inscription directe:
  • les boursiers étrangers du gouvernement français, d'organismes internationaux ou de gouvernements étrangers,
  • les apatrides, les réfugiés et les ressortissants n'ayant pas encore obtenu le bénéfice de ce statut,
  • les enfants de diplomates en poste.
  • Inscription à l'université des étudiants étrangers
  • Dans tous les autres cas, les étudiants étrangers sont soumis à l'admission préalable.
  • Vous devez vous adresser à l'établissement scolaire choisi ou au ministère de tutelle.


Reconnaissance des diplômes étrangers en France
Principe
Il n'existe pas de principe juridique d'équivalence entre les titres et diplômes obtenus à l'étranger et les diplômes français délivrés par le ministère de l'Education nationale. Les diplômes obtenus dans l'Union Européenne ne bénéficient pas a priori d'un traitement privilégié. En revanche, les ressortissants communautaires s'inscrivent en 1er cycle universitaire dans les conditions générales applicables aux nationaux.

Poursuivre ses études
Si vous souhaitez suivre un 2e ou un 3e cycle d'études dans une université européenne, vous devez adresser au président de l'université, un an à l'avance:

  • une demande de "dispense d'études",
  • copie et/ou attestation de vos diplômes (si nécessaire),
  • une description détaillée de votre cursus universitaire.
  • Attestation de vos diplômes
  • Si vous résidez en France, il faut adresser au rectorat d'Académie les pièces suivantes :
  • les photocopies certifiées conformes de l'original du diplôme,
  • la traduction effectuée par un traducteur assermenté pour les diplômes en langue étrangère,
  • un descriptif du cursus de formation suivie. Aucun document original ne doit être adressé.
  • Attestation de vos diplômes (suite)
  • Si vous résidez à l'étranger, vous pouvez solliciter une attestation auprès du ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Bureau Dric B4 (Centre NARIC compétent en France)
  • La liste des traducteurs assermentés est disponible auprès des services culturels des ambassades à Paris, des préfectures et des mairies.


Pour toute information, adressez-vous:

  • au service des étrangers de l'université souhaitée,
  • au rectorat d'Académie, dont dépend l'université souhaitée,
  • au ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Bureau Dric B4.

Admission préalable
Elle concerne les étudiants étrangers candidats en 1ère année de premier cycle universitaire (DEUG, DEUST, PCEM, première année de pharmacie, de capacité en droit...).
Comment faire la demande?
Entre le 1er décembre et le 15 janvier, vous devez retirer un dossier de demande d'admission préalable auprès des services culturels de l'ambassade de France de votre pays.
Si vous habitez déjà en France, retirez ce dossier à l'université choisie.
Composition du dossier (année universitaire 2001-2002)
Si vous résidez déjà en France, ce dossier comprend les formulaires Cerfa suivants: n°11126*03, n°11127*03, n°11128*03, n°11129*03, n°11130*03, n°11131*03, n°11132*03.
Si vous résidez à l'étranger, il comprend les formulaires Cerfa: n°11443*02, n°11444*02, n°11445*02, n°11446*02, n°11447*02, n°11448*02, n°11449*02.

Dépôt du dossier
Pour le 31 janvier, vous devez déposer ce dossier rempli au service qui vous l'a délivré. Conservez précieusement le récépissé de dépôt.
Entre le 1er mars et le 1er juillet, vous devez passer les épreuves d'évaluation des connaissances du français. En cas de succès, confirmez par courrier votre inscription dans l'université d'accueil.

Si vous êtes refusé
Avant le 10 juillet, en cas de refus, vous pouvez demander au ministère de l'Education nationale le réexamen de votre dossier.
Mais vous ne pouvez le faire que si votre note à l'examen de français est supérieure à 10 sur 20.
Après un nouvel examen de dossier, le ministère vous fait connaître sa réponse avant le 15 septembre.

Pour les démarches, adressez-vous :

  • soit à l'ambassade de France de votre pays,
  • soit à l'université de votre choix, si vous êtes résident en France et titulaire d'une carte de séjour d'une durée de validité d'un an minimum.
  • Obtention et renouvellement d'un titre de séjour
  • Vous n'êtes pas déjà admis à résider en France et vous n'êtes donc pas titulaire d'une carte de résident ou d'un titre de séjour temporaire avec la mention "membre de famille" ou "salarié.
  • Vous sollicitez la délivrance d'une carte de séjour temporaire mention "étudiant".

Adressez-vous:
au guichet unique à la préfecture ou à la sous-préfecture ou à la mairie ou au commissariat,
à Paris, à la préfecture de police.Vous devez fournir les indications relatives à votre état civil.

Vous devez fournir:

  • les documents prouvant que vous êtes entré régulièrement en France,
  • un visa de long séjour si nécessaire,
  • un certificat médical,
  • trois photographies.Pièces à fournir
  • Vous devez fournir un justificatif de couverture sociale: la sécurité sociale étudiante jusqu'à vingt huit ans ou bien une assurance volontaire.
  • Vous devez fournir un certificat d'immatriculation, d'inscription ou de pré inscription dans un établissement privé ou public reconnu par l'Education nationale.
  • Pièces à fournir
  • Demandez à cet établissement une attestation officielle ou renseignez vous auprès du rectorat ou de la préfecture.
  • Vous devez fournir des justificatifs de moyens suffisants d'existence.
  • L'appréciation des moyens de subsistance tient compte d'avantages matériels tels que le logement gratuit chez un parent.
  • Pièces à fournir
  • Les moyens de subsistance peuvent consister en attestations bancaires.
  • Les boursiers des gouvernements étrangers sont considérés comme ayant des moyens d'existence suffisants.


Renouvellement
Pour le renouvellement, les mêmes conditions sont requises que pour la première demande, à l'exception du visa de long séjour et du certificat médical.
Pour les formalités, adressez-vous:

  • au guichet unique à la préfecture ou à la sous-préfecture ou à la mairie ou au commissariat,
  • à Paris, à la préfecture de police.
  • Pour toute information, adressez-vous
  • au guichet unique à la préfecture ou à la sous-préfecture ou à la mairie ou au commissariat,
  • à Paris, à la préfecture de police.
  • au Service social d'aide aux étrangers (SSAE),
  • au rectorat.

Exercer une activité professionnelle
Autorisation provisoire de travail
Sauf si vous en êtes dispensé, vous devez obtenir une autorisation provisoire de travail (APT) pour exercer une activité professionnelle parallèlement à vos études.

  • La situation de l'emploi vous est opposable.
  • Vous devez être titulaire d'une carte de séjour temporaire mention "étudiant" en cours de validité.


Conditions pour obtenir l'APT
Vous devez être inscrit dans un établissement d'enseignement supérieur ouvrant droit au régime de sécurité sociale des étudiants.
Etudiants dispensés de l'APT
Les algériens sont autorisés à exercer un emploi, à titre accessoire, sans autorisation provisoire de travail.
Etudiants dispensés de l'APT
Les étudiants ressortissants de l'Union européenne ou d'un pays de l' Espace économique européen, les Andorrans et les Monégasques sont dispensés de l'APT.
En sont également dispensés les Gabonais et les Togolais, sous réserve du visa du directeur départemental du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle.

Autorisation provisoire de travail
L'autorisation provisoire de travail (APT) est valable au plus neuf mois, elle est renouvelable.

  • Pour les vacances universitaires, l'autorisation provisoire de travail est délivrée pour une période maximale de 3 mois.
  • Vous ne pouvez vous inscrire à l'ANPE et ne pouvez bénéficier des stages de la formation professionnelle.
  • Adressez votre demande à la direction départementale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP) du lieu d'emploi.
  • Vous devez fournir:
  • votre carte de séjour temporaire mention "étudiant",
  • votre carte d'étudiant,
  • une promesse d'embauche ou un contrat de travail ou un engagement dans une entreprise d'intérim,
  • une lettre expliquant votre demande.Pour les formalités, adressez-vous à la direction départementale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP) du lieu d'emploi.


Sécurité sociale

Vous bénéficiez de la Sécurité sociale étudiante:

  • si vous êtes âgé de moins de 28 ans,
  • si vous êtes titulaire d'un certificat d'inscription ou de pré inscription dans un établissement agréé par la Sécurité sociale.
  • Formalités d'immatriculation
  • L'immatriculation au régime de Sécurité sociale est effectuée au moyen du formulaire Cerfa n°10547*01.formulaire Cerfa
  • Si vous êtes ressortissant d'un état membre de l' Espace économique européen (EEE), vous devez présenter tout document prouvant votre nationalité.


Ressortissants de l'EEE
Si vous relevez déjà d'un régime d'assurance maladie conventionnel ou d'une assurance privé dans votre pays d'origine, vous êtes dispensés d'affiliation.

  • Vous n'êtes pas ressortissant de l'EEE
  • Vous devez présenter une pièce prouvant la régularité de votre séjour:
  • carte de résident,
  • carte de résident privilégié,
  • certificat de résidence algérien,
  • carte de séjour temporaire portant la mention étudiant".
  • Autres pièces prouvant la régularité du séjour:
  • récépissé de demande de renouvellement de l'un de ces titres,
  • récépissé de demande de titre de séjour portant la mention "reconnu réfugié"...
  • Vous ne relevez pas du régime de Sécurité sociale étudiant
  • Vous pouvez éventuellement bénéficier de l'affiliation à l'assurance maladie au titre de la couverture maladie universelle (régime de base et, sous condition de ressources, complémentaire).
  • Renseignez-vous auprès du service social de votre université ou de votre établissement scolaire.
  • Pour toute information, adressez-vous à la mutuelle étudiante qui gère les prestations de base et les prestations complémentaires pour le compte de la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM).


Campus France :
quels changements pour un étudiant étranger ?
Le système d'accueil des étudiants étrangers en France entre en révolution. Quels sont les principaux changements apportés ? Quel parcours le nouveau candidat aux études en France doit-il accomplir ?

Toutes les précisions concrètes sur chacune des étapes sont à retrouver dans les interviews qui composent le dossier.
1. Point de départ : le pays d'origine
Avant. La procédure n'avait pas vraiment de cadre, ne répondait pas à un dispositif précis et relevait plus du cas par cas et de l'arbitraire.
Poursuivre ses études. Un étudiant étranger qui souhaitait poursuivre ses études en France (non-Erasmus et hors procédures spéciales) faisait d'abord une candidature libre en écrivant directement à une université en France. Tout cela au format papier : photocopies, traductions de diplômes, files d'attente et course aux tampons étaient de mise. Et pour chaque université à laquelle l'étudiant souhaitait postuler, rebelote : il lui fallait recomposer l'ensemble du dossier et l'envoyer par la poste à chacune d'entre elles. L'université lui répondait par l'acceptation ou le refus de sa préinscription. Une fois sa préinscription universitaire en poche, il allait à l'ambassade déposer un dossier de demande de visa avec son projet, des preuves de sa solvabilité financière (il est exigé de pouvoir disposer d'environ 400 euros par mois), et la preuve de sa préinscription universitaire. Le plus souvent, un entretien avait lieu pour vérifier son niveau de français et la solidité du projet. Puis le consulat acceptait ou refusait le visa d'études.

Commencer ses études. Dans le cas où l'étudiant étranger voulait commencer ses études en France en premier cycle (ce qui n'est pas la majorité des cas puisque 70% des demandes concernent les deuxième et troisième cycle), il devait passer par une procédure particulière, la Demande d'Admission Préalable (DAP), avant décembre. Le service culturel de l'ambassade le convoquait à un examen universel à tous les pays au mois de février : un test de langue et de connaissances assez générique. Si sa note était supérieure à 10, il pouvait choisir trois universités par ordre de préférence et attendre leur réponse positive de préinscription. La procédure consulaire pour le visa suivait.
Zones floues. En cas de crise dans le pays en question et d'explosion des demandes de visa d'études pour la France, le processus devenait plus chaotique. Hormis ce cas, la seule "discrimination" possible dans l'accès à l'information sur les universités se situait en amont, lorsque l'étudiant venait se renseigner dans les services culturels des ambassades et qu'on le décourageait de façon informelle en lui disant qu'il n'aurait pas les ressources ou le niveau de français suffisant. De manière générale, le processus était peu transparent, l'étudiant avait peu de recours, et en cas de refus de visa, se sentait totalement démuni.

Aujourd'hui. Une convention a été discutée et signée entre la Conférence des Présidents d'Université et le Ministère des Affaires étrangères, qui instaure le principe des CEF, devenus aujourd'hui les Espaces Campus France appelés à se multiplier sur le globe. Que l'université ait ou non décidé d'adhérer au CEF en signant la convention, le passage de l'étudiant par ce dispositif est aujourd'hui obligatoire dans tous les pays où il est en place.
voir plus  campus france

campusfrance

PRESTATIONS FAMILIALES ETRANGERS NON COMMUNAUTAIRE

 
Prestations familiales:

  • étrangers non communautaires
  • Vous êtes étranger et vous demandez à bénéficier pour la première fois de l'une des prestations familiales.
  • Vous devez fournir un titre de séjour ou un document attestant la régularité de votre séjour, comme carte de résident,
  • carte de séjour temporaire,
  • certificat de résidence de ressortissant algérien,
  • récépissé de demande de renouvellement de ces titres.Vous pouvez également fournir le récépissé de demande de titre de séjour portant la mention "admis au séjour au titre de l'asile", d'une durée de 6 mois renouvelable.
  • Versement des prestations aux familles résidant en France
  • Il y a égalité des droits avec les familles françaises. Il suffit que la famille des allocataires étrangers réside en France.


Familles en France
L'allocataire doit prouver la régularité de l'entrée et du séjour des enfants étrangers à sa charge et pour lesquels il demande les prestations familiales.
Cette régularité est prouvée, soit:

  • par un titre de séjour,
  • par un extrait d'acte de naissance en France.
  • Familles en France
  • La régularité du séjour des enfants est également prouvée par le certificat de contrôle médical délivré par l'Office des Migrations internationales (OMI) à l'issue de la procédure de regroupement familial, et comportant le nom de l'enfant.

Concernant les familles résidant en France, les étrangers pour lesquels la procédure de regroupement familial n'est pas obligatoire (réfugiés, ressortissants de certains pays africains) n'ont pas à fournir de pièces particulières.
Pour les familles résidant à l'étranger, les prestations obéissent à des conventions ou à des règlements internationaux de Sécurité sociale.
Versement des prestations familiales aux familles résidant à l'étranger
La France est liée par une convention avec un certain nombre de pays.
Les conventions et règlements internationaux de Sécurité sociale ne prévoient pas obligatoirement le paiement des allocations familiales pour les enfants résidant dans le pays d'origine.

Familles résidant à l'étranger
En cas de versement des allocations familiales, le taux de remboursement retenu est celui du pays de résidence des membres de la famille.
Pour toute information, adressez-vous:

  • à la caisse d'allocations familiales dont vous dépendez, caf.fr
  • à la caisse de mutualité sociale dont vous dépendez.msa
  • Le revenu de solidarité active et le droit des étrangers rsa.gouv pdf


GUIDE DU DEMANDEUR D'ASILE


Guide du demandeur d'asile 


Information et orientation.

1. LES DIFFERENTES FORMES DE PROTECTION
* 1.1. Le statut de réfugié
* 1.2. L'asile territorial
* 1.3. Le statut d'apatride

2. L'ADMISSION PROVISOIRE AU SEJOUR : LA PREFECTURE
* 2.1. Pièces à fournir
* 2.2. Si vous demandez le statut de réfugié
* 2.3. Si vous demandez l'asile territorial

3. LE STATUT DE REFUGIE : L'OFPRA ET LA CRR
* 3.1. L'OFPRA
* 3.2. La commission des recours des réfugiés (CRR)

4. LE REEXAMEN

5. L'ASILE TERRITORIAL : LA PREFECTURE ET LE MINISTERE DE L'INTERIEUR
* 5.1. Remplir le formulaire
* 5.2. L'entretien à la préfecture
* 5.3. Le récépissé
* 5.4. La décision du ministre de l'intérieur
* 5.5. Le recours devant le tribunal administratif

6. LE STATUT D'APATRIDE : L'OFPRA

7. LES AIDES SOCIALES
* 7.1. L'hébergement
* 7.2. Les aides financières
* 7.3. L'accès aux soins

8. LE RETOUR DANS LE PAYS D'ORIGINE
* 8.1. L'aide à la réinsertion
* 8.2. Les autres programmes

9. ADRESSES UTILES
* 9.1. Adresses nationales
* 9.2. Adresses départementales


modèle lettre Contestation d' expulsion du territoire


Objet : Contestation d' expulsion du territoire
Monsieur,
J'ai l'honneur de vous demander l'annulation de l'arrêté de reconduite à la frontière du Préfet de [département] en date du [date].
En vertu de l'article 8 de la convention européenne des droits de l'homme, je conteste cette décision compte tenu de mes attaches personnelles et professionnelles en France.
Je vous d'agréer, Monsieur, à l'expression de ma très haute considération.

[SIGNATURE]



immigration.interieur

EXILES REFUGIES IMMIGRES SANS PAPIER



Exilés, réfugiés, immigrés, sans papier : Ritimo explique
La plupart des jeunes Africains caressent fortement le rêve d'aller un jour outre Atlantique pour étudier plus, connaître plus, gagner plus, aider plus. L'Europe apparaît, dans leur imaginaire, comme le paradis terrestre de tous ceux qui souffrent chez eux. École difficile, travail difficile, vie difficile, argent difficile. La récente journée mondiale du réfugié a donné lieu à plusieurs pistes de réflexion dans les écoles pour permettre aux élèves de comprendre le cas de cette catégorie de personnes. Parfois, il arrive aussi que la situation politique locale provoque l'exode vers les pays libres où coulent le vin, le lait et le miel si rares ici. Exilés, réfugiés, immigrés, sans papier, clandestins sont des concepts qui se confondent quand on les accueille à nouveau chez eux, à leur retour forcé.
Pour connaître le statut de chacune de ces catégories, le gouvernement français a prévu d'expliquer toutes ces choses dans les salles de classe à travers des activités pédagogiques. Le Bulletin Officiel veut sensibiliser les citoyens aux enjeux du développement comme une priorité des pouvoirs publics.
C'est le sens de la campagne sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) que vient de lancer le ministère des affaires étrangères et européennes, en partenariat avec le ministère de l'éducation nationale, ainsi que du plan d'action gouvernemental adopté en juin 2006 par le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement à l'intention des tout jeunes élèves et des étudiants à travers divers portail, notamment, Tous différents, tous égaux, Educasol, Unicef et aussi Ritimo.
Ritimo est un réseau d'information spécialisé dans la solidarité internationale et le développement. En France, il agit en offrant dans plus de 80 lieux ouverts au public de la documentation, des informations, des animations et des pistes d'action. Ce site propose une information de base sur les grands thèmes de la solidarité internationale et de l'actualité Nord - Sud.
Le site dresse un glossaire qui explique chaque statut : sans papier, réfugié, clandestin, demandeur d'asile, étranger, immigré, ni-ni, etc. Des outils pédagogiques suggèrent des réflexions sur ces situations dans les salles de classe et le rôle du citoyen vis-à-vis de ces personnes qui ont déjà rédigé un hymne.

liens utiles

education.gouv
huitfoisoui
educasol
Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile.